1. Programme de Coordination Locale pour l’Enfance 2019-2024

Suite à la mise en place de la nouvelle Commission Consultative de l’Accueil (CCA) le 4 avril dernier, le conseil communal devait approuver le programme de Coordination Locale pour l’Enfance (CLE).
Parmi les objectifs prioritaires pour la période 2019-2024 figure : “Effectuer les premières démarches vers plus d’inclusion”. En effet, plusieurs partenaires sont sensibles à l’accueil des enfants différents (à besoins spécifiques, porteurs de handicap(s)…) et souhaitent plus d’actions, d’informations et d’outils pour pouvoir leur proposer un accueil de qualité.
L’année dernière, nous avions déjà interpellé l’échevin en charge de l’organisation des plaines communales pour voir si des mesures avaient été prévues pour accueillir les enfants à besoins spécifiques. Il nous avait alors répondu qu’il fallait d’abord réaliser une première expérience et en analyser les résultats. Celle-ci a eu lieu et s’est montrée positive.
Comme la CCA exprime clairement la demande d’inclure les enfants à besoins spécifiques dans les activités, et comme c’est aussi une demande de l’ONE, nous avons logiquement proposé que la commune organise un accueil pour ces enfants dans les plaines communales 2019. Il nous semble que la commune peut et doit être un exemple.
Malheureusement, l’échevin nous a répondu que ce ne serait pas encore pour cette année… Nous reposerons la question l’année prochaine.

2. Vente de terrains communaux dans la zone d’activité économique à “Cokaifagne”

Trois des acheteurs désignés lors de la première mise en vente n’ayant finalement pas pu réaliser leur projet, la commune remet en vente les 3 parcelles restées libres. Cette deuxième procédure de vente a permis d’attribuer les terrains à 3 entreprises de la commune.
Parmi ces entreprises, nous constatons avec plaisir qu’il y a une entreprise qui s’est développée dans l’atelier rural. Cela correspond pour nous parfaitement avec la philosophie du projet “atelier rural – zone d’activité économique” : une entreprise s’installe dans l’atelier rural, se développe, et peut acquérir un terrain pour s’implanter durablement quand ses activités ont prospéré.
Nous regrettons seulement que tous les terrains soient déjà vendus ; une telle opération ne sera désormais plus possible. Une entreprise qui germera dans l’atelier rural devra chercher ailleurs pour se développer.

3. Désignation des membres de la Commission Consultative d’Aménagement du Territoire et de Mobilité (CCATM)

Le conseil communal était amené à choisir par vote secret les citoyens qui seront membres de la nouvelle CCATM. Il y avait 13 candidats pour 12 places à pourvoir (6 membres effectifs et 6 suppléants).
Le résultat des votes indique que la majorité a choisi de ne pas retenir notre ami André Belboom, semble-t-il parce qu’il était sur notre liste électorale et donc qu’il serait “politisé”. En revanche, la majorité n’a pas eu de scrupule à retenir un de ses anciens échevins, qui lui n’est certainement pas “politisé”… Le groupe OSER regrette ce choix qui prive la CCATM d’un citoyen au travail et aux compétences reconnus.

4. Circulation à Nivezé

Nous avons été interpellés par un habitant au sujet de l’augmentation du trafic routier dans l’agglomération de Nivezé.
Suite aux travaux d’aménagement d’un rond-point sur le boulevard Reine Astrid à Spa, les poids lourds doivent suivre une déviation par Creppe pour rejoindre la N62 à hauteur de la Sauvenière. Ils devraient ensuite suivre cette N62 pour rejoindre l’autoroute à Francorchamps. Cette déviation a été mise en place par la ville de Spa, semble-t-il sans concertation avec notre commune.
L’itinéraire n’étant pas très bien balisé, de nombreux chauffeurs préfèrent prendre le chemin le plus court, c’est-à-dire traverser le village de Nivezé pour rejoindre l’autoroute à Tiège. Cette situation présente de sérieux risques pour la sécurité des riverains. On peut aussi craindre une détérioration rapide des voiries communales.
Le second problème est que, suite aux travaux d’égouttage à Nivezé, de nombreux automobilistes utilisent le chemin Sur les Brieux et le chemin de la Fontaine comme raccourci. Non seulement ces chemins sont en circulation locale, et donc ne peuvent être utilisés comme itinéraire de déviation, mais en plus, dans un souci de perdre le moins de temps possible, les automobilistes roulent trop vite par rapport à la disposition des lieux.
Le groupe Oser a posé par écrit une question d’actualité à la majorité concernant ces problèmes. Il faut signaler qu’après l’envoi de notre question écrite (vendredi 24/05), nous avons constaté que la signalisation de la déviation à hauteur de la Sauvenière avait été améliorée.
L’échevin Michel Parotte nous a répondu que :

  • Pour la circulation de poids lourds, la police a verbalisé plusieurs chauffeurs. Il espère que le bouche-à-oreille dissuadera d’autres chauffeurs d’encore utiliser cet itinéraire. De plus les travaux à Spa sont sur le point de se terminer, et donc le problème devrait disparaître.
  • Pour la circulation chemin Sur les Brieux et chemin de la Fontaine, il est difficile de faire respecter la circulation locale, car un automobiliste peut toujours prétendre qu’il rend visite à un ami… Pour les excès de vitesse, un radar répressif a déjà été placé plusieurs fois et a permis de verbaliser quelques automobilistes trop pressés. La commune a aussi installé deux casse-vitesse, et deux autres devraient l’être sous peu.

Enfin, la zone affectée par les travaux va bientôt s’étendre et il ne sera plus possible de rejoindre la route du Lac de Waarfaz à partir de Nivezé-Bas, ce qui rendra le raccourci inutilisable.

5. Plan forestier

Ce plan ayant déjà été soumis au vote l’année passée et les objectifs ne nous ayant pas été présentés à l’avance, nous n’avons pas pu réagir comme nous l’aurions souhaité. Nous ne pouvons que regretter le manque d’ambition écologique pour la forêt, la dimension économique restant largement privilégiée : persistance du drainage, prédominance importante des plantations de résineux. Les différentes maladies qui impactent déjà nos forêts à cause du réchauffement climatique nécessitent pourtant plus de diversification, ce qui serait également favorable pour la biodiversité.
La majorité avait cherché à nous démontrer (avant les élections) sa préoccupation écologique, serait-elle déjà en train de la perdre ?

6. Intercommunales

Suite à l’Assemblée Générale Extraordinaire de RESA qui a eu lieu le surlendemain du conseil communal, il est satisfaisant de remarquer une évolution positive suite aux déboires de Publifin, Nethys et Cie.
RESA est (re)devenue une intercommunale pure où le pouvoir de décision appartient au secteur public : la Province et les Communes, quel que soit le propriétaire des parts financières (Enodia ou le privé, éventuellement jusqu’à une proportion de 25 %). Ses bénéfices autrefois affectés à d’autres objectifs vont maintenant l’être au service aux clients et à la rémunération des parts communales.

Share This